Deux heures d’arrêt… Pour quoi faire ?

 

Élèves vaudois(es), si les profs veulent vous dire avec les heures d’arrêt que le tabac est dangereux, alors c’est vrai : le tabac tue davantage que toutes les autres drogues réunies.

 

Si les profs veulent vous dire qu’ils ne veulent pas que vous fumiez, alors ils vous mentent (sauf quelques rares naïfs). Vous le voyez sur ce site. Tous les politiciens et hauts fonctionnaires vaudois et lausannois veulent absolument la prospérité de Philip Morris, et jamais aucun prof (sauf moi) n’a contesté. Or cette société ne trouve ses nouveaux clients que chez les enfants (ou presque : 9 fois sur 10 *). Donc faire plaisir à Philip Morris, c’est lui offrir des enfants et des ados. Donc vous.

 

Ils vous diront peut-être que pour les heures d’arrêt, ils y sont obligés, et que pour le reste, ils n’en ont rien à battre…

 

Maintenant si vos profs vous disent qu’ils sont contre ce que fait Philip Morris avec vous, alors demandez-leur pourquoi ils approuvent la violation de la loi suisse interdisant la pub pour le tabac ciblant les jeunes. S’ils se disent cette fois contre cette pub, demandez-leur pourquoi ils ne combattent pas la violation de la loi. Et demandez-leur s’ils sont d’accord avec ce que Philip Morris fait à l’étranger, par exemple distribuer des échantillons de cigarettes aux écoliers chinois ou africains. S’ils sont contre, demandez-leur pourquoi ils laissent faire Philip Morris tout ça. S’ils sont d’accord, ils sont racistes, pas vrai ? Enfin, demandez-leur pourquoi ils laissent Philip Morris dévaster la forêt tropicale.

 

Élèves genevois(es), votre canton héberge Reynold’s, la firme qui fait les Camel. Philip Morris et Reynold’s sont connues pour être les deux cigarettiers ciblant le plus les enfants avec leur pub pour le tabac (Marlboro et Camel). (À Lausanne, il y a encore la BAT = British American Tobacco, pas connu pour cibler autant ou spécialement les enfants. Mais elle dévaste la forêt tropicale autant que les autres.)

Pourriez-vous me renseigner : l’École genevoise descend-elle son string devant Reynold’s autant que l’École vaudoise devant Philip Morris ? Si vous avez une réponse, prière de me la communiquer à l’adresse :

                              

 

fermer la fenêtre   haut de page

* C’est l’ISPA qui l’affirme. Vous savez, l’ISPA, (Institut suisse de prophylaxie de l’alcoolisme et autres toxicomanies), ce sont ces gens qui viennent parfois dans vos classes vous parlez d’alcool, de drogues et de tabac.

                           

Voici une réponse très claire de cet institut (plus exactement de sa responsable médias et prévention) :

Page 1 sur 1

Corine Kibora

_______________________________________________________________________________

 

De:            Corine Kibora

Envoyé:   mardi, 10. août 2004 13:01

À:               'blaise.golay@urbanet.ch'

Objet:        RE: Les cigarettiers ont besoin des jeunes pour renouveler leur clientèle; et la branche vini-viticole?

 

Bonjour,

Effectivement, l'industrie du tabac a absolument besoin des jeunes pour survivre: quand on sait qu'un fumeur sur deux meurent précocement des suites du tabagisme, que chaque année; environ 8300 personnes meurent en Suisse des suites du tabagisme, et que cela représente plus que les décès dus à l'alcool, aux autres drogues, au sida, aux suicides, aux meurtres et aux accidents de la route réunis, on comprend mieux que l'industrie doit sans cesse renouveler sa clientèle, et pour ce faire, elle a tout intérêt à viser les plus jeunes: plus on commence à fumer jeune, plus la probabilité de devenir dépendant (et donc d'être un client régulier des cigarettiers) est grande. Par ailleurs, les adultes soit sont déjà fumeurs, soit ne commenceront probablement pas: 9 fumeurs sur 10 ont commencé à l'adolescence. Les cigarettiers disent que leur publicité vise à faire changer de marque la clientèle qui fume déjà. Cet argument n'est pas très solide: toutes les cigarettes vendues en Suisse appartiennent à trois grandes multinationales... Les publicités visent avant tout les jeunes et aussi les femmes, qui sont une clientèle plus récente.... et ça marche: les jeunes filles aujourd'hui fument presque autant que les garçons, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années encore. Que l'industrie du tabac vise les jeunes, cela ne fait aucun doute, il est par contre difficile d'estimer ce que cela représente en pourcentage.

 

Pour l'alcool, la situation est différente: on n'est pas forcément dépendant de l'alcool, et si l'alcool est aussi responsable de morts prématurées, c'est dans des proportions moindres que le tabac. II est vrai cependant que la consommation d'alcool en général a baissé depuis les années 70 et que l'industrie de l'alcool développe aussi des stratégies de marketing visant les jeunes (alcopops et autres boissons branchées), car pour l'alcool aussi, plus on en boit jeune, plus on risque d'être consommateur régulier à l'âge adulte, sans que ce soit pour autant un besoin vital pour la branche.

 

En espérant que cette réponse vous apporte satisfaction, je vous adresse mes meilleures salutations et reste à votre disposition.

 

Corine Kibora

Médias/Prévention

ISPA

021 321 29 75                                                            fermer la fenêtre haut de page