Messages pour les parents.                    fermeture de la fenêtre

Se ficher du développement durable est contraire à la foi chrétienne

Parents lausannois, nos Autorités politiques et judiciaires ont fait de nous les pires citoyens du monde démocratique.

 

Délinquance juvénile : un signe de bonne santé mentale des jeunes tant qu’on piétine les valeurs enseignées par l’école

 

« On ne prêche bien que par l’exemple ! » Ce proverbe semble tellement évident. Et pourtant…

Imaginons Daniel, 16 ans, garçon éduqué par des parents unis dans des principes de morale très stricts. L’un d’eux est de n’avoir aucune relation sexuelle avant le et en dehors du mariage. Ce principe est encore en vigueur dans bien des familles en Suisse romande. Daniel a donc été très sévèrement puni par son père, qui l’a vu une fois par hasard en train de tripoter la poitrine d’une fille.

Qu’est-ce qui détruirait le plus gravement les repères de Daniel, donc qui le perturberait le plus : voir des scènes coquines tardivement sur des chaînes comme AB1 ou RTL9 ? Ou entendre ses copains lui parler de leurs propres expériences sexuelles ? Ni l’un ni l’autre : le pire pour lui serait de prendre en flagrant délit son propre père en train de tromper sa mère avec des très jeunes filles. Et de s’apercevoir que ceci n’était de loin pas arrivé qu’une seule fois. La pire destruction des repères viendrait de celui qui les lui fixe.

C’est exactement ce qui arrive aux élèves vaudois en ce moment. Non par leur père, mais par les enseignants. Non sur l’abstinence de relations hors mariage – ce n’est pas une valeur défendue par l’école – mais sur un grand nombre de valeurs très importantes que l’école vaudoise prétend vouloir transmettre :

-          Le respect des intérêts vitaux des générations futures ;

-          Le tri des déchets ;

-          Le développement durable ;

-          L’abstinence en matière de tabac, drogue et alcool par les élèves ;

-          La protection de l’environnement ;

-          La condamnation de l’exploitation du travail forcé de petits enfants ;

-          La sauvegarde de la forêt tropicale ;

-          La justice, le partage équitable des ressources naturelles ;

-          Le respect des lois et règlements en général…

Ne vous étonnez pas si les jeunes sont de plus en plus nombreux à perdre leurs repères et à sombrer dans l’incivilité et la délinquance. Ne mettez pas d’espoir sur l’ouverture d’un nouveau centre carcéral pour ados (comme celui de Valmont), sur l’augmentation du nombre de policiers, sur une répression accrue : tout ceci ne servira à rien. Et n’en voulez pas trop aux enseignants, ils ne sont pas les seuls à enseigner ou imposer des valeurs qu’ils ne respectent pas. Et réjouissez-vous de l’augmentation de la délinquance juvénile et de l’incivilité des jeunes : tant qu’on piétine les valeurs qu’on enseigne, avec le plein accord des personnes qui les enseignent, l’incivilité des jeunes et la délinquance juvénile sont des signes de bonne santé mentale.

 

fermeture de la fenêtre

Haut de page

 

Se ficher du développement durable est contraire à la foi chrétienne

Quelques uns de mes amis chrétiens m’ont dit qu’ils ne se souciaient pas de générations futures ni de sauvegarde de l’environnement. Dans la Bible, il y est écrit que, lors du retour de Jésus-Christ, toute chose ancienne sera remplacée par une nouvelle. Dès lors à quoi bon préserver l’ancienne Terre et son écosystème, destinés à être remplacés ? Ils sont sûrs que ce retour est proche car ils sont sûrs aussi que les évènements qui l’annoncent ou le précèdent se sont déjà passés.

Cette attitude de gens riches ne tient pas compte de plusieurs choses. À supposer que les évènements annonciateurs du retour de Jésus-Christ se soient déjà tous passés, cela ne signifie pas que ce retour ait lieu immédiatement après le dernier évènement. Entre les deux, Dieu peut y mettre la durée qu’Il veut. Jésus-Christ dit lui-même sur son retour : « Vous ne saurez ni le jour ni l’heure. »

Supposons ensuite que nous sommes scientifiquement sûrs que le retour de Jésus est dans deux mois. Alors, deux mois pendant lesquels nous offrons loisirs et pédagogie à des gosses de 10 ans, ou deux mois pendant lesquels nous laissons des gosses de 10 ans se faire exploiter dans des conditions atroces pour enrichir des gros cigarettiers ? Voilà deux manières bien différentes d’accueillir le retour de Jésus-Christ. Et deux mois dans la vie d’un enfant, c’est long. Et comme le dit Jésus-Christ lui-même : « Ce que vous aurez fait aux plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’aurez fait. »

 

fermeture de la fenêtre

Haut de page

Parents lausannois, nos Autorités politiques et judiciaires ont fait de nous les pires citoyens du monde démocratique.

 

À cause d’elles tous, Philip Morris a maintenant tous les droits, et prépare sa pandémie mondiale de tabac, de déforestation, d’exploitation du travail forcé d’enfants, etc. depuis notre territoire. Elle est totalement inintéressante pour notre pays en matières fiscale et d’emploi. Donc mis à part elle-même elle n’enrichit que celles et ceux à qui elle donne des pots-de-vin. Lausanne n’est pas New York, et étant tellement plus petite, nous sommes à coup sûr les citoyens du Globe au nom desquels, par les actes de nos autorités, et par habitant, on exploite le plus le travail forcé d’enfants, on déboise le plus la forêt tropicale, on assassine le plus par des pratiques édaphiques (c’est-à-dire par la désertification, l’alternance sécheressse-inondations, etc.). Et sommes les citoyens dont on sacrifie le plus les enfants, leur physique, leurs repères. À cause de nos autorités, que nous avons élues démocratiquement, nous sommes devenus les plus mauvais parents et les plus hideux citoyens démocratiques du monde.

fermeture de la fenêtre

Haut de page